La performance d’une entreprise énergétique comme ENGIE est souvent analysée au regard de celle de son parc de production d’électricité et sur son évolution à terme, aussi bien sous les aspects financiers, environnementaux que sociétaux.

  • La centrale électrique CombiGolfe à Fos

Le concept de pensée intégrée (integrated thinking) a été lancé en 2010 par l’IIRC (l’International Integrated Reporting Council), une organisation internationale, dont ENGIE est membre, qui regroupe des investisseurs, des sociétés, des régulateurs, des comptables et des ONG en vue de promouvoir une approche nouvelle de la création de valeur privilégiant une analyse des différentes formes de ressources ou de capitaux (humain, financier, matériel, …) mises en œuvre au sein d’une entreprise et qui intègre indicateurs financiers et non-financiers.

La démarche de pensée intégrée aboutit à présenter dans un rapport, appelé de ce fait rapport intégré, un discours synthétique, le plus cohérent et porteur de sens possible sur l’environnement de l’entreprise, son ambition, sa stratégie, ses objectifs et de sa performance.

Soutenu par son Conseil d’Administration et ses dirigeants, ENGIE a été la première entreprise du CAC40 à initier cette démarche innovante et à lancer son rapport intégré en 2014, en s’inspirant de la démarche promue par l’IIRC.

Le rapport intégré 2018 est le fruit de ce travail qui est conduit depuis son lancement en étroite collaboration avec les parties prenantes et qui est publié au moment de l’Assemblée Générale.

Vue de l’extérieur, la performance d’une entreprise se mesure à l’aune de ses notations financières issues des agences de notations financières, qui visent essentiellement la solvabilité de l’entreprise, mais aussi à l’aune de ses notations RSE appelées parfois « extra-financières » émanant des agences de notations extra-financières qui visent essentiellement la durabilité de l’entreprise. Ces deux approches sont complémentaires.

Concrètement les performances financière et RSE de l’entreprise se mesurent par rapport à des objectifs et au suivi d’un certain nombre d’indicateurs jugés les plus pertinents.

La création de valeur ne se limite pas aux seuls indicateurs financiers. Elle s’évalue également au regard des impacts positifs et durables que les activités de l’entreprise apportent à la protection de l’environnement et au bien-être de  l’ensemble de la société. Cette évaluation est réalisée en intégrant les différentes parties prenantes et en tenant compte d’un environnement en évolution permanente.

La performance d’une entreprise énergétique comme ENGIE est souvent analysée au regard de son parc de production d’électricité et sur son évolution à terme.

Le mix énergétique du Groupe est présenté en distinguant les capacités de production et les quantités d’électricité produites par technologie et par région de ce parc de production depuis 3 ans.

Au-delà de son mix énergétique, la performance intégrée d’ENGIE s’apprécie au travers d’un ensemble d’indicateurs qui couvrent l’ensemble des thèmes de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise et du développement durable selon différents standards ou certifications.

  • Certification CAC
  • Tableau GRI
  • Global compact
  • Labels RSE
  • TCFD