Michèle Azalbert

Quelle est l’ambition et la stratégie d’ENGIE en matière d’hydrogène ?

ENGIE se positionne à l’avant-garde de la révolution énergétique pour accélérer l’avènement d’un système énergétique où l’énergie sera décentralisée, décarbonée et digitalisée et où les énergies renouvelables auront une place prédominante.

Nous pensons que l’hydrogène renouvelable, produit par électrolyse de l’eau, peut accélérer le déploiement massif des énergies renouvelables intermittentes, parce qu’il permet de les stocker en grande quantité. Il permet de faire en sorte que le soleil brille la nuit. C’est le chaînon manquant vers un système énergétique 100% décarboné.

Les systèmes énergétiques et les infrastructures associées vont être amenés à évoluer pour assurer leur stabilité au meilleur coût.
La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial va continuer à augmenter. Les systèmes énergétiques reposeront davantage sur des sources d'énergie intermittentes dont les chroniques de production seront variables, discontinues et non programmables. Du côté de la consommation, nous anticipons également de fortes amplitudes dans les demandes d’appel en puissance aux réseaux électriques (solution de recharge rapide des véhicules électriques, navires à quai ne pouvant plus utiliser leurs génératrices diesel pour se fournir en électricité, climatisation…). L’hydrogène pourra, à côté des batteries, fournir des services de stabilité aux réseaux électriques, les batteries envoyant la puissance immédiate, et l’hydrogène fournissant des solutions sur de plus longues périodes. Ces deux solutions seront complémentaires pour assurer la stabilité et la résilience du réseau.

Par ailleurs, les zones de production seront parfois éloignées de bassins de consommation. Transporter l’hydrogène sous forme gazeuse pourra s’avérer moins coûteux que de transporter l’électron sur une ligne électrique sur de longues distances.

Au-delà du stockage, l’hydrogène est un vecteur énergétique polyvalent. Il peut être utilisé sous différentes formes. Il est utilisé en tant que gaz dans les procédés industriels, il peut également être injecté dans les réseaux de gaz. Il peut aussi être reconverti en électricité via des piles à combustibles, servir de carburant pour les véhicules, offrir des solutions (chaleur) pour les besoins thermiques des bâtiments.

L’avenir de l’énergie consiste pour ENGIE en un mix multi-énergies renouvelables (biogaz, solaire, éolien, hydraulique…) rendu possible grâce à l’hydrogène renouvelable, qui permet :

  • de stocker l’énergie et de la restituer (sous forme de gaz ou d’électricité) quand les renouvelables ne produisent pas et pour rendre des services de flexibilité aux réseaux,
  • de développer une mobilité plus durable, zéro-émission (100% sans particules ni CO2) en complément de la mobilité tout électrique, en particulier pour les usages intensifs, les longues distances ou les véhicules lourds (bus, taxis, charriots élévateurs, trains, …), où le temps de recharge des véhicules et leur autonomie comptent,
  • de décarboner les process industriels utilisant de l’hydrogène (engrais, raffinerie, chimie, …). Nous consommons aujourd’hui de l’ordre de 60 millions de tonnes par an d’hydrogène dans le monde. Cet hydrogène est essentiellement produit par vaporeformage de gaz. Ce processus génère plus de 10 kg de CO2 pour 1 kg d’hydrogène produit.

D’après une étude réalisée par Mc Kinsey à la demande de l’Hydrogen Council, la taille du marché de l’Hydrogène devrait être multipliée par 10 d’ici 2050. A cet horizon l’hydrogène devrait représenter de l’ordre de 20% de la demande finale en énergie. Il devrait contribuer à réduire de 6 Gt les émissions de CO2, soit environ 20% des réductions requises dans le cadre de l’Accord de Paris pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C.

Pourquoi avoir créé une Business Unit dédié à l’hydrogène et quelles sont vos ambitions ?

Depuis plus de 20 ans, ENGIE effectue des recherches dans le domaine de l’hydrogène. Nous avons déjà développé plusieurs démonstrateurs et avons plusieurs projets en développement dans le groupe sur l’ensemble de la chaine de valeur hydrogène. Ces projets permettent de démontrer la viabilité technique des solutions et infrastructures développées autour de l’hydrogène.

Le projet GRHYD à Dunkerque teste la production d’hydrogène à partir d’électricité renouvelable et son injection dans le réseau de distribution de gaz naturel.

En ce qui concerne l’accès à une autonomie énergétique, l’ile de Semakau au large de Singapour, est devenue un laboratoire à taille réelle pour le déploiement d’un réseau énergétique autonome, un mini-réseau multi-énergies (production d’hydrogène par électrolyse de l'eau, stockage d'énergie hybride avec batteries et hydrogène, production d’énergie par pile à combustible et station de recharge de véhicules hydrogène).

Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, le projet Zero Emission Valley (ZEV) - porté par la Région, Michelin et Engie - vise à déployer à partir d’avril 2019 une solution globale de mobilité verte à l‘échelle du territoire. Cette solution comprend des infrastructures de production (15 électrolyseurs), de stockage, de transport, de recharge d’hydrogène (20 stations de recharge) et des véhicules à pile à combustible hydrogène (1000 véhicules).

Nous pensons que le moment est venu pour déployer des solutions à grande échelle. L’objectif étant de faire baisser le coût des infrastructures et de les rendre accessibles à tous. L’enjeu n’est plus celui de la viabilité technique mais il est économique. Nous anticipons une baisse du coût des électrolyseurs de plus de moitié d’ici 2030, grâce aux économies d’échelle liées à la production en série des électrolyseurs et à l’amélioration des technologies existantes (comme cela a été le cas avec les panneaux photovoltaïques au cours de la dernière décennie). Nous pensons que la parité avec l’hydrogène gris (produit par vapo-reformage de gaz) est accessible à l’horizon 2030 dans certaines géographies.

C’est cette conviction qui nous a amenés début 2018 à créer une business unit à vocation mondiale dédiée à l’hydrogène renouvelable.
ENGIE a l’ambition de devenir un acteur majeur de l’hydrogène renouvelable, présent à l’international et sur toute la chaîne de valeur.
Nous avons vocation à développer des infrastructures de production de grande taille pour servir nos clients de manière pérenne et économique. Nos cibles prioritaires sont les industriels et les territoires désireux de réduire leur empreinte carbone et prêts à se positionner à l’avant-garde de la transition énergétique. Nous ciblons des zones à fort potentiel d’énergies renouvelables, où le groupe bénéficie déjà d’un ancrage local fort.

ENGIE dispose d’un positionnement unique. Concevoir, construire et opérer de telles infrastructures au service de nos clients suppose de savoir maîtriser l’ensemble des chaines gaz et électricité ainsi que les risques associés, de comprendre les process et besoins de nos clients, de développer des infrastructures complexes pour y répondre (ingénierie, construction) et d’intervenir sur place de manière réactive en cas de besoin (maintenance).

Nous développons actuellement un portefeuille de projets de plusieurs Gigawatts à terme dans différentes géographies autour de différents usages (industrie, mobilité intensive et services aux réseaux). A titre d’exemple, aux côtés de Gasunie (gestionnaire du réseau de transport de gaz et de stockage de grande taille), nous avons pour ambition de déployer à terme une chaîne de valeur d’hydrogène vert intégrée de taille industrielle (>GW) dans le Nord des Pays Bas pour desservir une large variété d’acheteurs (transport, industrie chimique, réseaux de chaleur, etc.).
Le projet est phasé, avec des déploiements progressifs dans le temps d’unités de production de taille croissante. La première étape est la construction début des années 2020, d’une unité de production d’hydrogène >100 MW sur le site de Eemshaven afin d’approvisionner des clients industriels dans la région proche. L’étude de faisabilité conjointe démarrera début 2019.

Notre vision est partagée par un nombre croissant d'acteurs du marché et plusieurs gouvernements, dont la France, les Pays-bas, les États-Unis, l’Australie, la Corée ou le Japon qui développent des plans ambitieux pour accompagner l’hydrogène. Nous travaillons main dans la main avec l’ensemble des partenaires publics et privés pour faire de l'hydrogène 100% décarbonné une réalité accessible à tous. Les énergies renouvelables sont un bien commun et l’innovation technologique contribue à un progrès plus harmonieux.