MOBILITÉ VERTE

E-fuels : quand les projets d’innovation prennent vie !

Par NB6141@engie.com - 16 mai 2022 - 17:36

Solution d’avenir pour développer la mobilité verte, les e-carburants ou e-fuels sont des carburants de synthèse – e-méthane, e-kérosène, e-diesel… – produits à partir d’électricité renouvelable, qui se présentent sous une forme liquide ou à l’état gazeux. Mobilisé sur ce sujet, ENGIE a d’ores et déjà donné vie à de nombreux projets… la preuve en quatre exemples !

 

>> Les e-fuels, c'est quoi? <<

 

A Dunkerque, ENGIE transforme le CO2 des installations d’ArcelorMittal en e-fuels

Sur le Grand Port Maritime de Dunkerque (Nord), ENGIE participe à deux projets d’envergure en lien avec les e-fuels. Le Groupe s’est ainsi associé à Infinium, expert dans ce domaine, pour développer un projet baptisé ‘Reuze’, qui vise à capter le CO2 émis par les installations de production d’acier du groupe ArcelorMittal présent sur le port. Ce CO2 sera ensuite associé à de l’hydrogène vert produit grâce à un électrolyseur de 400 MW installé par ENGIE et transformé en carburant de synthèse permettant de décarboner les transports aérien et maritime.
Toujours à Dunkerque, ENGIE fait partie du consortium C2FUEL, composé d’une dizaine de partenaires industriels internationaux. L’objectif du groupement est de développer, à l’échelle industrielle, des technologies compétitives de capture et de conversion du CO2 en carburants de synthèse. Là encore, le CO2 capté est issu de l’usine d’ArcelorMittal.

 

ENGIE et CMA CGM, partenaires dans la décarbonation du transport maritime

En fin d’année dernière, ENGIE s’est rapproché du Groupe CMA CGM, l’un des leaders du transport maritime pour mettre en commun leur expertise en matière de recherche et développement. L’objectif de ce partenariat industriel stratégique ? Favoriser l’essor des filières de production et de distribution de méthanes de synthèse et de BioGNL pour verdir le transport maritime. Un premier projet de production de biométhane liquéfié est d’ores et déjà en cours de déploiement, dans le Grand Port Maritime de Marseille. Et d’autres font l’objet d’une étude active : ils mettent à profit diverses technologies comme la pyrogazéification ou la méthanation à partir d’hydrogène vert et de CO2 capté.

 

ENGIE au capital d’Ineratec, start-up experte en e-fuels

ENGIE a par ailleurs, aux côtés du groupe aéronautique Safran, investi dans une start-up allemande, Ineratec. Celle-ci est spécialisée dans la production de carburants synthétiques neutres en carbone. E-méthane, e-diesel, e-kérosène… la jeune entreprise innovante a déjà déployé une douzaine de modules de production, dont un dédié au carburant aérien durable. A terme, Ineratec souhaite ouvrir une usine à Francfort, d’une capacité de production de 3 500 tonnes de carburant aérien de synthèse par an. Par cet investissement, ENGIE et Safran participent activement au développement d’une offre de carburants décarbonés pour le secteur du transport lourd. 

 

En Belgique, ENGIE associé à un projet hors norme

En Wallonie, ENGIE a noué un partenariat avec Carmeuse, producteur de chaux, et la société d’ingénierie John Cockerill dans le cadre d’un projet innovant. Le concept est de récupérer le CO2 provenant d’un four à chaux et de le combiner avec de l’hydrogène vert pour produire de l’e-méthane, gaz qui pourra ensuite être injecté dans le réseau ou utilisé dans les transports ou l’industrie. Ce projet, qui met en œuvre un électrolyseur d’une puissance de 100 MW pour produire l’hydrogène vert, est le plus important du genre dans le monde à l’heure actuelle. Il permettrait d’éviter l’émission de quelques 900 000 tonnes de CO2 dans les dix prochaines années. Un projet très inspirant pour le secteur de la mobilité lourde.