ENERGIES RENOUVELABLES

Gaz vert : ENGIE réalise une première mondiale !

Par ENGIE - 22 décembre 2020 - 11:31

Étape historique franchie par la plateforme GAYA ! Nos chercheurs sont parvenus à produire du gaz renouvelable à partir de déchets solides non recyclables, ouvrant ainsi des perspectives prometteuses pour ENGIE et la transition énergétique. 

 

Valoriser les déchets solides non recyclés

Les CSR, ou Combustibles Solides de Récupération, sont majoritairement composés de bois, de papiers, de cartons ou encore de plastiques issus de déchets d’activités économiques. Pourtant, ils ne sont pas recyclés, faute de filières de recyclage dédiées. Ils sont ainsi enfouis ou valorisés dans des usines d’incinération ou de co-incinération, afin de produire de la chaleur et/ou de l’électricité pour l’industrie, en substitution partielle ou totale des ressources fossiles1. Mais nous sommes parvenus, le 17 novembre dernier, à réaliser une avancée majeure à partir de cette ressource.

 

« Avec GAYA, nous avons fait des avancées scientifiques majeures pour le développement et l’industrialisation des filières de production de gaz renouvelables. Les tests réalisés à partir des CSR montre que l’on sait désormais produire du gaz renouvelable à partir de ce type de déchets. » 
Adeline Duterque, Directrice d’ENGIE Lab CRIGEN2 dont dépend la plateforme GAYA à Saint-Fons

 

Gaz vert produit à partir de déchets non recyclables

Produire les premiers mètres cubes de gaz renouvelable à partir de CSR : une première mondiale accomplie par les chercheurs de l’ENGIE Lab CRIGEN et les équipes d’ENGIE Solutions de la plateforme de R&D semi-industrielle GAYA à Saint-Fons, dans le Rhône. Et cela, un an après avoir produit du biométhane à partir de biomasse forestière. Ce démonstrateur a ainsi validé en conditions industrielles le fonctionnement intégré de l’ensemble de la chaîne de ces technologies innovantes.

 

« Ce gaz renouvelable, stockable et transportable dans les infrastructures actuelles répond aux ambitions françaises de réduire de 50 % les déchets enfouis et de baisser de 30 % la consommation d’énergies fossiles.»
Alessandra Barba, responsable du Lab biogaz, biomasse et déchet au ENGIE Lab CRIGEN

 

Première unité industrielle en vue

Projet SALAMANDRE ! Tel serait le nom de la première unité industrielle dédiée à ce procédé, à partir de 2023 au Havre (Normandie). Avec un démarrage dès 2026, l’unité ambitionne de traiter 70 000 tonnes de déchets non recyclables produisant jusqu’à 150 GWh de gaz renouvelable3. Cela représente la consommation annuelle de 670 bus urbains. De plus, le procédé multi-énergies permettra également de produire environ 45 GWh de chaleur renouvelable pour servir des besoins urbains ou industriels. 

 

Chiffres clés

1e : première production de gaz renouvelable dans le monde à partir de déchets solides non recyclables

2023 : construction de la première unité industrielle au Havre

Près de 200 GWh produits à partir de déchets non recyclables en 2026

10 brevets déposés par la plateforme GAYA depuis 2011

 

Au service de la transition vers la neutralité carbone

La plateforme R&D GAYA d’ENGIE a reçu le soutien de l’Agence de la transition écologique (Ademe). Le procédé mis en œuvre est aligné avec notre raison d’être, car il permet de réduire d’une part l’enfouissement des déchets non recyclables, d’autre part de réduire la consommation d’énergies fossiles en proposant ce gaz renouvelable stockable4, substituable au gaz naturel et valorisable pour des usages finaux multiples, tels que la mobilité durable, l’alimentation en énergie de l’industrie et du secteur tertiaire.

 

La plateforme GAYA en 4 dates clés

  • 2017 : inauguration de la plateforme semi-industrielle GAYA, à St-Fons
  • 2018 : premières injections de biomasse dans le gazéifieur et production de gaz de synthèse épuré
  • 2019 : première production de biométhane à partir de biomasse forestière
  • 2020 : première production de gaz renouvelable à partir de déchets (CSR)

 

 

1. Utilisation des combustibles solides de récupération, Ademe
2. Centre de Recherche & Développement Corporate du Groupe 
3. Les déchets d’activités économiques non dangereux sont préparés, devenant ainsi des Combustibles Solides de Récupération selon les normes en vigueur. Ils sont ensuite gazéifiés à très haute température pour produire un gaz de synthèse à haut pouvoir calorifique. Le gaz de synthèse résultant de cette première conversion est ensuite épuré avant d’être transformé en gaz renouvelable dans un procédé catalytique de méthanation.
4. Avec notamment 30 % de consommation d’énergies fossiles en moins en 2030 (par rapport à 2012), et 50 % en moins de déchets enfouis d’ici à 2025 (par rapport à 2010).

Votre avis sur nos contenus nous intéresse. Aidez-nous à les améliorer, en répondant à ce questionnaire.