Page_Biogaz

Un gaz 100% renouvelable

Produit à partir de matières organiques, le biométhane est une énergie propre qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la qualité de l’air.

Il possède des propriétés semblables au gaz naturel et peut être utilisé comme combustible, pour produire de la chaleur, de l’électricité ou comme carburant.

Sobriété énergétique et réduction des déchets

Le biogaz permet la valorisation des déchets et la réduction du recours aux engrais chimiques : la méthanisation permet de transformer 95% de déchets en fertilisants, avec un effet bénéfique pour le sol. Ceci permet également de réduire les émissions de CO2 liées à la fabrication des engrais chimiques (1 kg d’engrais chimique génère 7 kg d’émissions de CO2).

Un processus naturel élevé à l’échelle industrielle

Différents procédés permettent de produire et d’utiliser le biométhane à l’échelle industrielle et en font une énergie performante et innovante destinée à compléter le mix énergétique.

Les 3 procédés de production de biométhane :

  • Le biométhane produit par méthanisation est issu de la méthanisation des déchets organiques, selon le processus naturel de dégradation des matières. Ce gaz brut ou légèrement prétraité s’appelle alors le biogaz. Il peut être valorisé localement pour produire de l’électricité, de la chaleur ou les deux simultanément en cycle combiné. Après un traitement plus poussé d’épuration du biogaz, on obtient du biométhane, une énergie 100% renouvelable qui atteint la qualité du gaz naturel et peut être utilisée sous forme de carburant ou injectée dans le réseau de gaz naturel. ENGIE a développé des projets d’industrialisation de la filière biométhane, parmi lesquels :
    - L’injection de biométhane 1G dans le réseau de gaz naturel à Lille ;
    - La valorisation du carburant de biométhane pour les véhicules à Forbach, en Lorraine.
  • Le biométhane produit par gazéification (de 2egénération - 2G) est produit à partir de la biomasse ligno-cellulosique (qui provient du bois et de la paille), par un procédé appelé «conversion thermochimique». Ce processus se fait en deux étapes :
    - La biomasse est d’abord convertie en gaz de synthèse ;
    - Ce gaz de synthèse est ensuite transformé en biométhane par synthèse catalytique.
    ENGIE développe cette technologie qui devrait être disponible pour une première réalisation en 2017.
  • Le biométhane de 3e génération (3G) provient de la transformation directe de micro-algues cultivées dans des réacteurs photosynthétiques à très haut rendement à partir de lumière naturelle, d’eau et de minéraux tout en recyclant du CO2. Il s’agit d’une technologie émergente, dont le développement à l’échelle industrielle est prévu à horizon 2020-2030.

ENGIE et le biométhane

ENGIE s’implique largement dans le développement et la valorisation de cette énergie, en capitalisant sur son expertise technique et industrielle ainsi que sa maîtrise de la chaîne gazière.

Pour ENGIE, le biométhane est une énergie du futur qui jouera un rôle essentiel dans le mix énergétique européen. Non polluante, fabriquée localement, elle accompagne la transition énergétique. ENGIE propose donc du biométhane et intervient à toutes les étapes, de sa production jusqu’à son acheminement et à sa commercialisation.

Biogaz

Qu'est-ce que le biogaz

Actualités

Communiqués de presse

ENGIE va mobiliser 800 millions d’euros dans les cinq prochaines années pour développer les gaz verts en France

Développer les gaz verts en France : 800 millions d'euros vont être mobilisés ces cinq prochaines années. L'objectif est, conformément à la loi, d'injecter au moins 10% de gaz verts dans les réseaux d'ici 2030.

> Lire le communiqué de presse

ENGIE investit dans HomeBiogas, fournisseur d’une solution innovante de production de biogaz pour les particuliers

Du biogaz pour les particuliers : ENGIE a investi 13% dans Homebiogas, une entreprise pionnière dans le développement du biogaz à domicile. Cette start-up a développé un digesteur de petite taille, adapté aux besoins des familles : 2kg de déchets permettent de produire jusqu’à 2 heures par jour de gaz.

> Lire le communiqué de presse