menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
05
mai
2017

Quelle place pour le gaz naturel dans la transition énergétique ?

Dans un contexte de révolution énergétique, la production d’électricité a besoin de remplacer le charbon et le pétrole par d’autres ressources énergétiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. En complément du développement des énergies renouvelables et pour assurer la stabilité des réseaux électriques en période d’intermittence ou de forte demande énergétique, le gaz naturel apparaît comme la solution idéale. Mais loin d’être utilisé comme seul facteur de production d’électricité, ses usages se diversifient. Découvrez comment.

Si le charbon et le pétrole pèsent encore pour près de 60 % de la consommation mondiale d’énergie, le gaz naturel tire de plus en plus son épingle du jeu en s’élevant à 21 % de la consommation mondiale*. Bien moins émetteur de CO2 que les autres énergies fossiles, il est aujourd’hui incontestablement, notamment à travers ses nombreux usages, une alternative de taille.

Le gaz naturel est aujourd’hui la 3e source d’énergie (en France) et dans le monde. Les grandes institutions, telles que l’Agence Internationale de l’Énergie (IEA), en sont convaincues : la hausse de consommation du gaz, notamment à l’horizon 2040, est inévitable… et c’est une bonne nouvelle !

Energie fossile la plus propre, le gaz naturel joue aujourd’hui un rôle primordial dans la transition énergétique. Une résolution a d’ailleurs été prise lors de la dernière réunion du G20 en Chine, en septembre 2016, pour encourager le recours au gaz en ce sens. « Clairement, un basculement s’est produit : pour la première fois, l’industrie du gaz est devenue audible, toutes les sphères de pouvoir savent désormais que le gaz est deux fois moins polluant que le charbon », s’enthousiasme Jérôme Ferrier, président d’honneur de l’Union internationale de l’industrie du gaz, auprès du Figaro **.

Entrer dans l’« ère du gaz »

À l’échelle internationale, plusieurs gisements majeurs s’apprêtent à voir le jour notamment en Sibérie et en Australie, les infrastructures de regazéification se multiplient en Chine, en Inde et au Moyen-Orient.

En s’appuyant sur une expertise de 70 ans sur la chaîne du gaz, le Groupe ENGIE pilote de nombreux projets et notamment :

  • assure la sécurité d’approvisionnement en gaz naturel pour tous les usages domestiques et industriels ;
  • diversifie son parc de centrales à cycle combiné gaz  (moins polluantes que le charbon et avec un meilleur rendement) pour produire de l’électricité ;
  • mobilise ses équipes autour du développement des nouvelles filières prometteuses du biogaz, du biométhane de deuxième génération et de l’hydrogène ;  
  • développe de nouveaux procédés pour le stockage de l’énergie, tel que le « Power to Gas » qui permet de stocker la surproduction des énergies renouvelables en les transformant en hydrogène ou en méthane de synthèse ;
  • multiplie les contrats de livraison de gaz naturel liquéfié (GNL) à l’international ;
  • fournit des solutions de GNL de détail à destination des industriels non raccordés au réseau de gaz ;
  • s’engage pour une mobilité verte avec des carburants alternatifs (gaz naturel comprimé, biométhane, hydrogène) à destination plus particulièrement des flottes de bus et des véhicules utilitaires.

* Source : Un Monde d’Énergie, édition 2016.

** Source : Le Figaro, 12 mars 2017.

Le gaz dans tous ses états

Retour liste