Quelle que soit son origine, l’hydrogène est un vecteur de flexibilité qui permet de stocker et de valoriser des surcapacités électriques, notamment renouvelables, et d’adapter l’offre à la demande.

L’hydrogène : élément clé de stockage et de valorisation des énergies renouvelables

L'hydrogène, pour décarboner les usages de l'énergie

Pourquoi parle-t-on d’hydrogène vert ?

En utilisant de l’électricité elle-même produite par des énergies renouvelables telle que l’éolien ou le solaire (« électricité verte »), l’hydrogène obtenu est labellisé « hydrogène vert ».

Qu’est-ce que l’électrolyse ?

L'électrolyse de l'eau consiste à utiliser de l’énergie électrique pour séparer l’eau en dihydrogène (H2) et dioxygène (O2), ce qui convertit l’énergie électrique en énergie chimique. L’hydrogène produit par électrolyse de l’eau permet de transformer les surplus d'électricité. L'hydrogène peut ensuite être stocké ou transporté. Il peut être utilisé directement (sous forme de carburant, notamment), injecté dans le réseau de gaz naturel ou bien être reconverti en électricité au moyen d'une pile à combustible.

Quelques chiffres-clés à retenir

3 X : L’hydrogène vert contient jusqu’à 3 fois plus d’énergie par unité de masse que le gazole et 2,5 fois plus que le gaz naturel.

X 10 : En 2050, la demande annuelle en hydrogène pourrait être multipliée par dix selon le cabinet McKinsey.

6 gigatonnes : Selon l’étude « Hydrogen, Scaling up », réalisée par le cabinet McKinsey pour l’Hydrogen Council, l’hydrogène pourrait réduire les émissions annuelles de CO2 d’environ 6 gigatonnes par rapport aux rejets actuels.

10 à 15 millions : de voitures et 500 000 camions pourraient être alimentés à l’hydrogène à l’horizon 2030

Tout au long du mois de juin, nous vous proposons de découvrir l’hydrogène, son potentiel et les enjeux de son développement. Retrouvez notre série d’articles et d’interviews dans un dossier spécial hydrogène .