menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
30
nov
2017

Le numérique, un allié de la transition énergétique

De la montée en puissance des appareils connectés aux processus de production automatisés, les technologies numériques modifient en profondeur nos habitudes énergétiques. Ces technologies permettent à la fois d’améliorer la productivité des infrastructures et de réduire la consommation mondiale d’énergie : c’est ce que conclut un récent rapport de l’Agence International de l’Énergie (AIE)*.

La consommation totale d'énergie dans les bâtiments pourrait être réduite de 10 % d’ici 2040 grâce au numérique (thermostats connectés, éclairages intelligents…).
La digitalisation fait partie intégrante de la stratégie du Groupe ENGIE, aux côtés de la décarbonisation, de la décentralisation et de l’efficacité énergétique.

  • Présentation de Darwin, la plateforme digitale d’ENGIE pour piloter en temps réel et à distance ses actifs renouvelables.

Le secteur énergétique à l’heure du numérique

Les systèmes énergétiques sont de plus en plus digitalisés, permettant d’identifier les besoins en temps réel et de fournir de l’énergie au bon moment. Ils sont ainsi plus productifs, plus fiables et plus durables. Selon les estimations de l’AIE*, le recours généralisé aux technologies numériques pourrait réduire les coûts de production de 10 % à 20 %.

Si le numérique a fait son apparition dans le secteur énergétique dès les années 1970, notamment pour faciliter la gestion des réseaux énergétiques, l’ampleur du Big Data et les avancées technologiques révolutionnent aujourd’hui en profondeur les modèles de production et de consommation.

Ainsi, le rapport de l’AIE indique que plus d'un milliard de foyers pourraient faire partie de systèmes électriques interconnectés d'ici 2040. Quant aux objets connectés, ils seront plus de 20 milliards d’ici 2020.

La digitalisation : un axe stratégique pour ENGIE

ENGIE prend le tournant de la révolution énergétique en misant sur la digitalisation. Le Groupe a ainsi prévu d’investir 1,5 milliard d’euros dans les technologies émergentes et le digital entre 2016 et 2018.

  • L’habitat est de plus en plus connecté

    Les objets connectés se répandent au sein des logements. Ils permettent de piloter à distance, depuis son smartphone, les appareils électriques de son habitation. Réglage du chauffage depuis son travail, fermeture automatique des stores, éclairage par détecteur de présence… Les solutions innovantes ne manquent pas pour réguler sa consommation d’énergie selon ses besoins.
    Pour accompagner ses clients, ENGIE développe par ailleurs un panel complet de services en ligne pour leur permettre de réaliser leurs opérations en toute autonomie et simplicité (accès à l’information, espace client, vente en ligne, etc.).
  • Une consommation d’énergie en baisse, une production plus efficace

    Les outils digitaux proposés par ENGIE permettent de gérer au mieux la consommation d’énergie et favorisent l’efficacité énergétique. C’est notamment le cas de Vertuoz, un service d’analyse des factures énergétiques et d’identification de gisements d’économie au sein d’un bâtiment.
    Le digital joue aussi un rôle croissant dans le pilotage de l’efficacité énergétique des sites industriels. Il leur permet de réduire leurs coûts tout en restant compétitifs. Pour cela, ENGIE a développé la solution blu.e, une plateforme logicielle d’aide à la maîtrise énergétique. Elle collecte et analyse en continu des milliers de données pour proposer des réglages précis dans l’objectif de maximiser la performance énergétique des industries.
    Plus généralement, ENGIE soutient le développement des smart grids, ou réseaux intelligents : des outils de pilotage qui permettent d’adapter l’offre énergétique à la demande en temps réel grâce aux technologies informatiques et de télécommunication. À titre d’exemple, les compteurs intelligents pour l’électricité et le gaz naturel permettent au consommateur de suivre sa consommation d’énergie en temps réel et ainsi de réaliser des économies d’énergie, et aux opérateurs de réseaux d’énergie d’en optimiser la gestion, d’anticiper les éventuelles pannes et de développer de nouveaux services plus efficaces et plus respectueux de l’environnement.
  • La production d’une énergie renouvelable et décentralisée

    Le Groupe a conçu la plateforme digitale Darwin qui lui permet de surveiller et de piloter en temps réel ses parcs hydro-électriques, solaires et éoliens. Grâce aux données transmises par des capteurs connectés aux installations, ENGIE peut faire de la maintenance prédictive et ainsi améliorer la performance de ses actifs à moindre coût.
    La digitalisation permet également de délocaliser la production d’énergie au plus près des sites de consommation ou même proposer des solutions d’accès à l’énergie à des populations éloignées des réseaux électriques. Les microgrids, ou micro-réseaux, sont des unités locales de production d’électricité qui disposent d’un réseau de distribution intelligent. C’est ainsi qu’ENGIE approvisionne en électricité le village de Ketumbeine, en Tanzanie, grâce à l’installation d’un micro-réseau de panneaux solaires. ENGIE s’est également récemment associé à l’entreprise Fenix pour proposer des installations solaires domestiques en Afrique.
    Et la révolution numérique ne s’arrête pas là ! De nouveaux outils voient le jour, tels que la blockchain. Ses applications dans le secteur de l’énergie sont prometteuses. Elle pourrait par exemple rendre possible des transactions décentralisées d’énergie de particulier à particulier. Une personne dont les équipements solaires produisent un surplus d’énergie pourra ainsi le vendre à ses voisins en toute sécurité.

* Source : « Digitalization and Energy 2017 », International Energy Agency (IEA), novembre 2017.

Retour liste