ÉTHIQUE & COMPLIANCE

Parties prenantes

Revenir à la page principale du plan de vigilance d’ENGIE

 

L’association avec les organisations syndicales au niveau groupe et au niveau local

Le plan de vigilance d’ENGIE ainsi que sa mise en œuvre opérationnelle sont présentés régulièrement aux instances représentatives du personnel et aux représentants des salariés, via les comités existants : le Comité d’Entreprise Européen du Groupe et il est demandé au niveau des entités de faire également une présentation selon le droit national applicable. De même, le plan est présenté au Comité pour l’Ethique, l’Environnement et le Développement Durable, et pour le Conseil d’Administration. Cette démarche a été mise en œuvre dès l’adoption du premier plan de vigilance au sein d’ENGIE. 

  
Au niveau local, les entités doivent présenter le plan de vigilance et les obligations issues de la loi à leurs organisations représentatives du personnel. Pour les entités qui ne possèdent pas d’institutions représentatives du personnel, les entités sont encouragées à présenter la démarche directement aux salariés.  Le suivi de ces actions par les entités est intégré dans les processus de conformité éthique que sont le contrôle interne et le rapport de conformité éthique annuel.  

 
Depuis 2020, dans le cadre de chaque campagne annuelle de contrôle interne une partie est spécialement dédiée au plan de vigilance afin d’évaluer le niveau de déploiement du plan de vigilance au sein des entités du Groupe, de connaissance du plan et de ces obligations par les différents niveaux managériaux et les collaborateurs (présentation et échanges au sein des Comités de direction et institutions représentatives du personnel de chaque entité ; Information des collaborateurs etc). 

 

ENGIE renouvelle son accord mondial sur les droits sociaux fondamentaux et la responsabilité sociale

ENGIE a signé, le 20 janvier 2022, avec les fédérations syndicales mondiales IBB, Industriel et ISP, ainsi que les organisations syndicales représentatives au niveau groupe (CFDT, CFE-CGC, CGT et FO), un accord portant sur les droits sociaux fondamentaux et la responsabilité sociale. L’accord s’inscrit dans la continuité de l’accord mondial de 2010.

 
Il s’agit d’un outil d’aide au déploiement de la démarche de vigilance (l’accord apporte un socle commun de garanties à l’ensemble des salariés d’ENGIE dans le monde par exemple) dont le contenu a été négocié avec les partenaires sociaux. Il s’agit également d’un dispositif de suivi de la démarche de vigilance en concertation avec les partenaires sociaux dans la mesure où une instance de suivi, le forum mondial, se réunira au moins une fois par an et complétera les dispositifs de dialogue social international déjà en place. Enfin, le devoir de vigilance d’ENGIE fait l’objet d’un dialogue social renforcé dans le cadre de l’accord mondial puisque des sessions de discussion en groupe de travail ont été lancées avec les fédérations syndicales mondiales et les organisations syndicales représentatives au niveau groupe (l’objectif étant de regarder ensemble de quelle manière elles pourront contribuer à renforcer la vigilance et contribuer au dispositif d’alerte de manière constructive au niveau mondial). 

 

PartiesPrenantes

 

Le dialogue avec les parties prenantes au niveau opérationnel : un objectif du Groupe

Pour prévenir et gérer au mieux les impacts droits humains, environnementaux ou sociétaux de ses activités, ENGIE a adopté une politique spécifique « dialogue avec les parties prenantes », composante de la politique RSE du Groupe. 
Le dialogue avec les parties prenantes fait partie de la stratégie de développement d’ENGIE. La politique de dialogue permet à la fois d’identifier les risques tout en se donnant les moyens de prévenir, de réduire ou de compenser les différents impacts sociaux, sociétaux, et environnementaux des activités du Groupe. Elle s’intègre dans la stratégie commerciale du Groupe comme un élément de valeur ajoutée de notre offre commerciale. Elle est complémentaire de la politique environnementale avec laquelle elle se coordonne étroitement. La politique « dialogue avec les parties prenantes » d’ENGIE comprend plusieurs éléments : un objectif Groupe, une boite à outils, un programme de formation et un support opérationnel de la Direction de la RSE. 
En 2021, 36% des activités, projets, sites industriels et projets en démantèlement  faisait l’objet d’un mécanisme adapté de dialogue et de concertation. L’objectif est d’atteindre 100% en 2030.
  
Pour plus d’information, voir la page internet « Engagement avec les parties prenantes : la méthodologie Groupe »

 

Un Comité de Dialogue avec parties prenantes

Le Groupe s’attache à construire un dialogue nourri avec chacune de ses parties prenantes. En 2021, Engie a mis en place un Comité de Dialogue avec ses parties prenantes ainsi qu’un espace de recours pour accompagner les projets sensibles.